Une ougandaise fabrique des serviettes hygiéniques à partir de la canne à sucre

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

EcoSmart Pads est une startup Ougandaise qui fabrique des serviettes hygiéniques  à base de canne à sucre. Particularité de celles-ci, elles sont les plus moins chères du marché.

 

C’est l’idée de Lydia Asiimwe Sabiiti, native du pays. Elle s’est lancée dans cette aventure lorsqu’elle a rencontré Kyomuhendo, une jeune fille de 16 ans. Cette dernière avait quitté  Rwanyamahenbe, son village dans la partie occidentale de l’Ouganda escortée par sa mère à la recherche de meilleurs soins de santé à l’hôpital régional de référence de Mbarara. Kyomuhendo avait développé des plaies vaginales qui s’étaient d’abord présentées avec des démangeaisons peu après sa période de menstruation.

L’adolescente lui a expliqué qu’elle  avait utilisé 3 morceaux du même vieux linge au cours des deux dernières années de gestion de son flux menstruel.  Le même tissu était partagé entre trois de ses sœurs et deux autres cousines avec qui elle vivait. Après cette expérience, Lydia Asiimwe Sabiiti s’est engagée à sensibiliser des étudiantes sur l’hygiène sanitaire. C’était au cours du programme de stages CAMTech Uganda.

A l’issue de cet exercice, trois étudiants la rejoignent. L’équipe de la jeune entreprise vient d’être constituée. L’objectif pour EcoSmart Pads est de garantir l’égalité, le dynamisme et la dignité dans la gestion des « règles chez les filles et les femmes en Ouganda ».

Une expérience a d’abord été menée dans le laboratoire de microbiologie de l’Université des sciences et de la technologie de Mbarara pour déterminer lequel du maïs et la canne à sucre avait des résidus à fort taux d’absorption.  La canne à sucre a émergé avec le pourcentage d’absorbance le plus élevé.

EcoSmart Pads distribue ainsi sur le marché des serviettes hygiéniques dans un paquet de 12 pièces à prix de 1500 shilling ougandais (soit 0,34 euro).

Les principaux bénéficiaires de ce produit sont les filles scolarisées issues de milieux défavorisés et dont la poursuite des études a été affectée par ce défi. D’autres femmes non scolarisées issues de milieux défavorisés comme les femmes en prison, les camps de réfugiés, les hôpitaux publics, sont également les principales bénéficiaires de ce produit.

EcoSmart Pads envisage mobiliser des fonds pour poursuivre ses activités. En juin 2017, dans le cadre du défi Up Accelerate de l’UNFPA, la startup avait déjà reçu un prix de 10 000 $.

 

 

AHMED SILUE

 

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

347total visits,4visits today

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *