Marie-Josée Ta Lou, la flèche sortie du pays ‘’Gouro’’ qui traverse le monde

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

On peut le dire, Marie Jose Ta Lou, la sprinteuse ivoirienne, actuelle vice-championne du monde des 100 et 200 mètres est un nom chargé de records. Son parcours est exceptionnel. Du football en passant par la faculté de médecine de l’Université de Shanghai en Chine à une double consécration mondiale, Marie Josée Ta Lou est une légende qui s’affiche de jour en jours  sur les pistes d’athlétisme de la planète. Afrique 21 vous invite à découvrir la belle  Ta Lou, la flèche ivoirienne du pays ‘’Gouro’’.


Marie-Josée Ta Lou (née le 18 novembre 1988) est une athlète ivoirienne, spécialiste des épreuves de sprint, vice-championne du monde sur 100 m et 200 m à Londres en 2017. Cette jeune dame de 1,59 m et de 50 kg qui évolue au club le Stade Français de Paris a une histoire et un nom. De Dakar (Sénégal) à Shanghai (Chine) en passant par Rio de Janeiro (Brésil) à Londres (Grande Bretagne), la route a été longue pour l’Ivoirienne de 28 ans, Marie-Josée Ta Lou, jusqu’à sa double consécration mondiale en athlétisme.

Le football, une étape d’orientation dans sa vie

Marie Josée Ta Lou lorsqu’elle était encore au primaire était reconnue pour ses talents de jeune footballeuse. Sa vitesse sur les stades était très appréciée. Mais son frère ainé voyait d’un mauvais œil la nouvelle piste de sa cadette. Car pour lui, il n était vraiment pas question pour sa cadette de son transformer en un homme par la force des choses surtout qu’elle battait régulièrement des garçons avec plus de 60 à 80 mètres d’avance.  Encouragée Josée finit par participer à un test de recrutement d’athlètes où elle bat à pieds nus et sans aucune ‘’préparation’’ toutes ses concurrentes. Un nouveau chapitre s’ouvre ainsi pour notre nouvelle lycéenne. On est en 2007 lorsqu’elle fait ses premières apparitions sur une piste règlementaire d’athlétisme contre le gré de sa mère, qui rêvait plutôt d’une profession de médecin pour sa progéniture.

Shanghai grâce à une bourse

En 2010, grâce à une bourse  Marie Josée Ta Lou poursuivra ses études en Chine, à l’Université de Shanghai. Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, elle commença à étudier la médecine à Shanghai pour sa mère. Mais en 2013, elle finit par opter pour le sport grâce a ses résultats aux Championnats d’Afrique de 2012. En effet, notre Ta Lou venait de se rendre compte du fort potentiel qu’elle avait pour devenir une sprinteuse internationale voire championne du monde.

Anthony Koffi,  le faiseur de stars

De retour en Côte d’ivoire, Ta Lou parvient à intégrer le centre d’entraînement de haute performance de l’IAAF en Afrique de l’Ouest (basé à Lomé au Togo et à Dakar au Sénégal) ou Anthony Koffi devient officiellement son entraineur.  Au terme de sa saison aux championnats d’Afrique de Marrakech en 2014 où elle remporte le bronze sur 100 m, l’argent sur 200 m et le relais 4 x 100 m, Ta Lou reçoit une bourse de solidarité olympique pour préparer les Jeux olympiques de Rio 2016.

Quelques records de Ta Lou

Ta Lou Marie Josée a battu des records dans sa jeune carrière. Les 3 grandes performances restent ceux des épreuves de 60 mètres le 13 février 2016 à Berlin où elle a donné un record de 7,6s. Au 100 mètres à Rio de Janeiro le 13 aout 2016 et à Londres le 6 aout 2017, où elle sera également vice-championne du monde. Cette même année, elle a  affiché le record de 10,86s. Au 200 mètres, à Londres, le 11 aout 2017 elle est sacrée vice championne du monde au 400 mètres avec 22,08s.

Lors des championnats du monde de Londres, elle remporte la série le 5 août (11,00s) puis la demi-finale le lendemain en égalant son meilleur temps de la saison en 10,87s. En finale, Marie-Josée Ta Lou prend un excellent départ et domine toute la course et même la favorite Elaine Thompson avant d’être dépassée sur la ligne par l’Américaine Tori Bowie. Elle remporte finalement l’argent en 10,86s, record personnel égalé, derrière Bowie (10,85s) et devant Dafne Schippers (10,96s). Si elle n’a pas gagné la course, c’est néanmoins elle qui fait sensation auprès du public. Le 8 août, elle remporte facilement la série (22,71s) puis la demi-finale (22,49s), rejoignant la finale où elle est l’une des favorites au titre. Elle remporte une nouvelle médaille d’argent en 22,08s, record national, derrière Dafne Schippers (22,05s).

Le pays Gouro

Les Gouro sont une population mandingue d’Afrique de l’Ouest établie principalement au centre-ouest de la Côte d’Ivoire, autour de Bouaflé, Zuénoula, Sinfra, Oumé, Vavoua et même Daloa, sur les rives du Bandama, un fleuve qui traverse la Côte d’Ivoire du Nord au Sud et qui est formé de la conjonction des Bandama blanc et Bandama rouge. Un peuple avec un brassage culturel à forts potentiels.

Christian GUEHI

Facebook 30 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

1017total visits,1visits today

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *