Nana Akufo-Addo ( Président ghanéen) Un visionnaire pour les droits de l’Homme du Ghana et de l’Afrique de l’ouest

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

SEM Nana Akufo-Addo, actuel président du Ghana est un grand acteur de la promotion des droits de l’homme. Cet ancien avocat international a passé une vie entière à défendre l’épanouissement de l’homme à travers le respect de ses droits. Ce mérite reconnu par la population ghanéenne finira  par le porter à la magistrature suprême de ce pays le 07 décembre 2016 après deux échecs en 2008 et 2012 aux élections présidentielles. A travers ce portrait, Afrique 21 vous invite à découvrir le mérité d’un véritable démocrate au service des droits de l’homme.


SEM. Nana Akufo-Addo, cet avocat brillant et homme politique avisé  a accédé à la magistrature suprême du Ghana faisant de lui, le cinquième président ghanéen élu démocratiquement au soir du 7 décembre 2016 avec un suffrage de 53,8% de vote contre 44,4% pour le président sortant John Dramani Mahama. Une élection pacifique qui montre le niveau très élevé du sens de la démocratie chez le peuple Ghanéen.

Nana Akufo-Addo, un vrai démocrate

Nana Akufo Addo, fort de ses 72 ans, a consacré son expertise au service des droits de l’homme, de l’Etat de droit, de la justice, de la liberté et de la démocratie. Cela lui a valu d’ailleurs le prix international Mère Teresa pour la justice sociale décerné à Bombay, en Inde. Le nom de Nana Akufo-Addo est associé au mouvement démocratique ghanéen. 2001 marque son entrée dans le gouvernement.  Il y restera jusqu’en 2007. Pendant ce temps son impact fut grand au Liberia grâce à sa médiation qui a conduit à la stabilité lors des diverses crises.

A toutes les deux fois qu’il s’est présenté aux élections présidentielles, Nana Akufo-Addo s’est refusé à laisser s’installer une crise institutionnelle dans son pays en reconnaissant les résultats validés par la Cour constitutionnelle. C’est donc avec la même responsabilité qu’il a mené de 2012 à 2016, une opposition déterminée à Mahama, en axant sa campagne sur la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption.

Il a été ainsi désigné par son parti pour être candidat au dernier scrutin, malgré quelques contestations internes. Cette stratégie s’avérera payante, puisque Nana Akufo-Addo a obtenu la confiance de ses concitoyens à travers les urnes devenant ainsi le 5ème président de la 4ème République du Ghana.

Né à Kyebi, dans l’est du Ghana, Akufo-Addo a grandi dans une famille de l’élite politique nationale et sa maison faisait office régulièrement de siège de parti. Son père, Edward Akufo-Addo, a été lui-même président à la fin des années 1960, et fait partie des « Big Six » (les Grands Six), tels que l’on désigne les pères de l’indépendance et de la nation ghanéenne, l’ex-Côte de l’Or, colonie britannique.

 

Un visionnaire pour la relance de l’ économie du Ghana

Alors que le chômage chez les jeunes est un problème majeur au Ghana, Akufo-Addo, libéral, a promis de se concentrer sur la création d’emplois, en diversifiant une économie dépendante des ressources premières (or, cacao et, plus récemment, pétrole), et en allégeant les taxes dans le secteur privé pour encourager les investissements: « un quartier, une entreprise », assène-t-il à chacun de ses déplacements. La création d’une usine dans chaque district et surtout la mise sur pied d’un fond de développement d’un (1) milliard de dollars dans chaque circonscription électorale.

Etudes

Apres ses études au Lancing College et à l’Université d’Oxford, il passe le concours du barreau en Grande-Bretagne en 1970. Il a aussi séjourné en France dans le cadre professionnel de 1970 à 1975 où il travaille au sein du cabinet Coudert Brothers. En 1976, il retourne dans son pays natal où il évolue pendant quatre ans au sein du cabinet U.V. Campbell en tant qu’avocat, avant d’ouvrir son propre cabinet « Akufo-Addo, Prempeh & Co» en 1979. Au fil des ans, son cabinet devient l’un des plus influents et florissants du Ghana, accueillant en son sein plusieurs générations d’avocats de premier plan.

Avocat spécialisé dans les droits de l’Homme, il a exercé en France et en Angleterre avant de revenir au Ghana. Mais ce n’est qu’en 1992, lorsque le pays a retrouvé la démocratie après des décennies de régimes militaires, que Akufo-Addo s’est engagé auprès du Nouveau Parti Patriotique (New Patriotic Party, NPP).

Politique

Sur le plan politique, Akufo-Addo est l’un des membres fondateurs du parti NPP et a été à l’avant-garde de la longue et dure lutte contre la dictature militaire et pour la démocratisation au Ghana. Il fut Ministre de la Justice du 7 janvier 2001 au 1er avril 2003 sous la présidence de John Kuffor, Ministre des Affaires étrangères du 1er avril 2003 au 27 juillet 2007.

Il a été candidat aux élections présidentielles de 2008 et de 2012, où il a perdu respectivement face à John Atta-Mills et à John Dramani Mahama.

C’est en effet, dans les années 80 que Nana Akufo-Addo fait véritablement son entrée en politique. Il devient très vite le visionnaire du New Patriotic Party (NPP) et finance son organe de presse principal, «the Statesman». Ses nombreuses interventions médiatiques sur les medias du monde lui permettent d’être familier au peuple ghanéen. Si bien qu’il fut élu pour la première fois en 1996 membre du parlement représentant la circonscription d’Abuakwa dans l’est du pays. Il devient très vite l’une des figures de proue de l’opposition au régime de Jerry Rawlings.

Christian GUEHI

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

630total visits,4visits today

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *