Côte d’ivoire : le secteur du tourisme affiche fière allure.

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Dans exactement 110 jours Côte d’ivoire tourisme, ouvrira les portes de son huitième Salon international du tourisme d’Abidjan (Sita). Du 27 avril au 1er mai prochains, l’accent sera mis sur les nouvelles technologies au service du tourisme.

Le Sita veut être une référence dans la région ouest-africaine. Son commissaire général, Jean-Marie Somet, le directeur général de Côte d’Ivoire Tourisme, compte sur la venue de 70 000 visiteurs pour cette édition 2018, contre 45 000 en 2017.

257 exposants (agences de voyage, tour-opérateurs, compagnies aériennes, hôteliers, centres de formation…), représentant 25 pays, africains, européens et asiatiques, sont attendus. Cette année le salon déménagera sur les 45 000 m² du parc d’exposition, sur la route de l’aéroport international de Port- Bouët.

Dans le rouge de 2002-2011 à cause de la crise politico-militaire le tourisme ivoirien affiche fière allure depuis 2014. La contribution du secteur a atteint 7,5 % du PIB en 2016 et poursuivra selon son ministère de tutelle une progression moyenne de 5,4 % annuelle jusqu’en 2026

Le pays est aujourd’hui la troisième destination principale du tourisme d’affaires en Afrique, après le Nigeria et le Maroc.

La capacité hôtelière d’Abidjan et de Yamoussoukro, est estimée à plus de 3 500 chambres (3 étoiles et plus). A l’horizon, de nouveaux projets hôteliers (Sheraton, Carlton Ritz ou encore Accor) verront bientôt le jour. Objectif, doubler la capacité d’accueil de ces deux villes d’ici 2025.

Dans ce secteur qui génère 1 500 milliards de francs CFA de recette du secteur, les revenus engendrés par les touristes internationaux sont évalués à 115,6 milliards de francs CFA (176 millions d’euros).

Siandou Fofana, le ministre du Tourisme, a lancé la création de deux fonds qui seront opérationnels dans le courant de l’année.

Le premier fonds, doté de 500 milliards de FCFA, sera abondé par des privés. Il aura pour mission de mutualiser les efforts des différents acteurs du secteur pour la réalisation d’infrastructures touristiques d’envergure.

Le second instrument de développement du tourisme sera un fonds souverain d’environ 2 500 milliards de FCFA sur la période 2017-2025, qui fonctionnera comme une garantie des prêts ou emprunts destinés aux grands projets touristiques.

« Ce fonds souverain sera alimenté par les ressources provenant de la vente du foncier destiné aux projets touristiques, dont une partie sera utilisée pour les travaux d’aménagements et de viabilisation d’espaces touristiques », a confié Siandou Fofana. Il permettra aussi de rénover les infrastructures vétustes et financera la modernisation de certaines voies d’accès à des sites de classe internationale.

Le gouvernement a recruté le cabinet McKinsey pour la stratégie globale du développement touristique baptisé « Ivoire Tourisme », tandis que la banque d’investissement du groupe marocain Attijari travaillera sur la structuration des deux fonds.

 

         AHMED SILUE

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

511total visits,1visits today

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *