BIBATA GANSGNÉ, PREMIÈRE TAXIWOMAN DE OUAGA !

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Aux commandes d’une Citroën verte et rose, cette battante dame a choisi contre toute attente d’être chauffeur de taxi à Ouagadougou. Bibata est à ce jour l’unique femme à le faire. Du haut de ses 32 ans, elle vient de marquer l’histoire et est encore plus ambitieuse.

C’est l’une des femmes de Ouagadougou qui n’a pas peur de faire bouger les lignes. La preuve Bibata Gansgné, maman d’un garçon de 6 ans, a osé faire un métier « d’homme » il y a 8 ans.

5h30, marque le début de sa journée qui s’achève parfois très tard. Elle dépose son enfant à l’école et ensuite sillonne les routes de la ville. Pour faire sa recette quotidienne, Bibata doit être aux bons endroits au bon moment afin de s’assurer une clientèle. Stress de la conduite, fatigue, les fortes chaleurs, longues heures de travail y compris la nuit… ne lui laisse aucun doute quant à son choix.

« C’est vrai qu’avec mes collègues, il y en a quelques-uns qui se sont dit que je n’allais pas pouvoir tenir parce que c’est un travail d’homme. Et deux ans plus tard, ils m’ont dit : maintenant, tu as souvent plus de clientèle que nous ! » révèle-t-elle.

Sa clientèle lui est fidèle. Au début, elle souhaitait exercer ce métier juste pour gagner un complément de revenu. Aujourd’hui, Gansgné a laissé la couture et arrive à subvenir à ses besoins avec les 100 000 parfois même 250 000 francs CFA qu’elle empoche chaque mois.

Parce qu’à ses débuts, elle a tout de même été encouragée, Bibata Gansgné veut également aider d’autres femmes à oser. Donc, elle compte créer une société de taxi majoritairement composée de femmes.

 

 Ahmed SILUE

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

531total visits,4visits today

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *