Ashesi, quinze ans d’une université modèle

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Ashesi University vient de fêter sa quinzième bougie, et c’est une longévité qui fait plaisir à de nombreux titres. Cette université privée, fondée par un ancien cadre de Microsoft, Patrick Awuah, est partie d’une idée aussi simple que noble. Lorsqu’il devient père, M. Awuah cherche une idée pour rendre à son pays ce qui lui a été donné et offrir, si possible, un nouveau souffle au continent. Il vit alors aux États-Unis, ingénieur chez Microsoft depuis près de quinze ans, après avoir étudié d’abord au Ghana puis aux États-Unis au Swarthmore College après l’obtention d’une bourse. Il avait gardé en mémoire le système trop théorique du Ghana, n’offrant que peu de possibilités aux étudiants de réfléchir par eux-mêmes et de se confronter aux problèmes concrets. Très vite, l’idée d’une université privée au Ghana s’impose, et il reprend des études à Berkeley afin de mener à bien son projet. En 1999, la Fondation Ashesi University est créée, Ashesi signifiant « départ » en dialecte twi, ouvrant ainsi la voie au début de l’enseignement.

Démarrée le 4 mars 2002 avec une promotion de 30 élèves dans une petite salle de classe d’un immeuble d’Accra, Ashesi University est aujourd’hui installée sur un campus de 40 hectares à Berekuso, à une heure de route au nord-est d’Accra. L’équipe d’Ashasi University compte 150 personnes, accueille près de 800 étudiants, à parité de genre, dont 20 % de non-Ghanéens venus de plus de 20 pays africains, pour les former au niveau « undergraduate » (bachelor), principalement dans les domaines scientifiques. La scolarité à l’université Ashesi coûte 9 000 dollars l’année, tous frais compris, hébergement inclus, et plus de la moitié des étudiants profitent d’une bourse complète (29 %) ou partielle (22 %).

La première promotion sort diplômée en 2005, et dès lors les bonnes nouvelles vont s’enchaîner : en 2006, les étudiants d’Ashesi élisent la toute première femme présidente des étudiants d’une université. En 2007, une étude de Berkeley place Ashesi en première place nationale pour la qualité du cursus offert. En 2008, Ashesi est la première université africaine à adopter un code d’honneur. En 2009 démarre la construction du campus de Barekuso. En 2012, la Fondation MasterCard offre 13 millions en bourse pour des étudiants de 11 pays du continent.

L’un des aspects positifs de la formation est que les diplômes restent à 95 % en Afrique, dans des domaines aussi variés que la microfinance, la technologie ou les ONG, car il est conscient de créer aujourd’hui le continent de demain.

La mission d’Ashesi est de former des dirigeants éthiques, avec un dynamisme d’entrepreneur et une capacité à résoudre des problèmes complexes. Une mission doublée d’une vision, celle d’une renaissance africaine basée sur la formation. L’université a fait de la phrase de Goethe sa devise : « S’ʼil y a une chose que vous pouvez faire, ou rêver de pouvoir faire, commencez-la. L’audace a du génie, du pouvoir et de la magie. Commencez maintenant. »

Celui qui avait commencé ses études au Ghana pour les terminer aux États-Unis peut se vanter d’avoir appliqué à lui-même ce qu’il recommande, et d’être ainsi un bel exemple d’un retour au pays positif.

 

A21

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

434total visits,2visits today

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *