Abidjan, les nouveaux horizons

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

L’émergence, en Côte d’Ivoire, c’est maintenant. La capitale économique du pays donne le ton avec une urbanisation galopante et des projets titanesques. De quoi placer le pays sur les rails durables du développement économique, social, mais aussi moral : Abidjan voit enfin le soleil briller.


La ville s’agrandit

Il y a à peine dix ans, la route de Cocody à Bingerville n’était bordée que de forêts. Aujourd’hui, ces vingt kilomètres ne sont que des résidences prisées des Abidjanais qui accèdent souvent pour la première fois à la propriété. Ici, les villas étaient réservées aux employés du ministère des Finances, mais une partie a été cédée aux nouveaux arrivants de la BAD. Hier excentrée, cette zone est aujourd’hui l’une des premières urbanisée de ce quartier.

La baie de Cocody, un projet phare

Le projet de sauvegarde et de valorisation de la baie de Cocody, consiste en une série d’aménagements dont l’objectif principal est de restaurer l’écosystème de la baie de Cocody, et plus largement de la lagune Ébrié. En 2019, date de livraison prévue du projet à 100 milliards de FCFA, le carrefour de l’Indénié sera transformé. Un viaduc reliera Cocody  au Plateau (ouest), sans oublier des barrages, un port de plaisance, des espaces de loisirs et des installations commerciales.

Le boom des centres commerciaux

L’ouverture d’Abidjan Mall en août dernier n’est que l’un des épisodes de la guerre que se livrent les acteurs de la grande distribution. Fin  2015, le groupe Carrefour ouvrait avec son partenaire CFAO The Playce, un premier centre commercial ultra moderne, à quelques mètres du déjà ancien Cap  Sud, qui avait lui- même doublé sa surface quelques mois avant avec un concept de galeries commerciales luxueuses. Et plusieurs autres ouvertures de nouveaux centres sont en cours. L’enjeu pour ces acteurs économiques : la classe moyenne ivoirienne.

Abidjan fait peau neuve. Il faut dire qu’avec  un taux de croissance estimé à 8,2  % en 2014, soit près d’un point de plus que la moyenne enregistrée dans les quatorze autres pays membres de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest, la Côte d’Ivoire fait mieux que tous ses voisins.

Stabilisation politique, fiscalité attractive et accent mis sur la réglementation des affaires et la construction d’infrastructures… La nouvelle stratégie du président Ouattara est de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon  2020. Dans la capitale économique, le résultat visible de cette croissance est porté par le secteur du BTP. Il n’échappe en effet pas au visiteur qu’Abidjan fait sa mue : des hectares encore vierges hier sont aujourd’hui de lotissements denses et modernes. Partout la périphérie de la ville ne cesse de s’étendre, offrant à de nombreux Abidjanais un accès attendu à la propriété. Plus visible encore, car très spectaculaire, le projet de la réhabilitation de la lagune de Cocody n’en est qu’à sa première étape : d’une durée de neuf mois et d’un coût de dix milliards de francs CFA, elle consiste à réaménager les berges afin de protéger la lagune contre les inondations. Le projet détaille aussi une coulée verte, véritable parc d’une centaine d’hectares, entourant des résidences modernes du bord de lagune. Ce projet multifacettes, original dans la sous-région de par sa gestion intégrée, le gouvernement ivoirien entend en tirer des avantages économiques et ainsi renforcer le tourisme et l’attractivité économique d’Abidjan.

Ces derniers points passent également par une augmentation de la capacité hôtelière de la cité des lagunes. C’est le cas dès l’arrivée à l’aéroport Houphouët Boigny, où les hôtels Onomo et tout récemment le Radisson Blu viennent d’ouvrir leurs portes. Sur le boulevard Giscard d’Estaing, les ouvriers mettent la dernière touche à la construction de l’hôtel Azalaï, sans parler de la réhabilitation complète de l’hôtel Ivoire, de l’hôtel du Golf, et de la création de nombreuses résidences hôtelières plus modestes, mais qui contribuent à renforcer l’attractivité d’Abidjan.

Un par un, les grands projets de la présidence commencent à sortir de terre. L’ouverture gare routière interurbaine d’Adjamé est prévue pour 2017. Il s’agit de doter la ville d’Abidjan d’une gare routière moderne permettant de corriger les dysfonctionnements recensés au niveau des gares actuelles, tout en permettant aux 23 millions de passagers prévus d’embarquer et de désembarquer  de façon sereine et sécurisée. Le métro d’Abidjan, prévu pour 2017, mais finalement repoussé à 2020, traversera le plateau depuis la gare d’Anyama au nord jusqu’à l’aéroport au sud, soit 37  kilomètres de voies. Le lancement de l’aérocité, un complexe économique de 3 700   hectares autour de l’actuel aéroport, a été fait en juin dernier. Enfin, sur cette cité lagunaire, les ponts sont plus que nécessaire. À la suite de l’ouverture du troisième pont fin  2015, les travaux des quatrième et cinquième  ponts, reliant respectivement Yopougon à l’île Boulay et Yopougon au Plateau sont en cours. On l’aura compris, Abidjan n’en a pas fini d’évoluer.

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

467total visits,3visits today

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *